LE REPOUSSE AU MARTEAU (suite)

 Articles liés:Le repoussé au marteau
                      Le repoussé et le relevé au marteau
                      Outils pour le repoussé au marteau

L'ornement dont nous allons étudier les différentes phases de transformation est ce que l'on appelle, en terme de métier, la feuille d'eau. Elle est très variée dans ses formes et son modèle; nous la prendrons enroulée sur elle-même, affectant le dessin d'une volute très contournée.


La figure 2 représente la feuille de tôle, de 12 dixièmes de millimètre d'épaisseur, découpée à plat. Le premier travail consiste à obtenir la naissance de la feuille dont la coupe est dessinée à la figure 4; on se sert pour cela d'une forme enfer de la dimension voulue, sur laquelle on rabat les bords de la feuille en les coudant. Puis on continue à cintrer la feuille suivant la coupe de la figure 5. Pour courber la feuille et lui faire prendre la forme de la figure 1, on opère sur un tas serré dans un étau, comme il est indiqué à la figure 6. Il faut avoir soin de frapper avec le marteau à tranche d'une façon bien égale et avec la même force sur les deux bords de la feuille; car si le métal est mal étiré, il devient mince et risque de gercer avant que l'on ait pu obtenir l'enroulement voulu.
Il faut avoir soin de bien conduire le départ, afin de laisser à la feuille un profil irréprochable sans fausses courbes, ni cassures; une ligne pure rachète à notre avis un modèle médiocre. La découpe ou dentelure doit se faire lorsque la forme a été obtenue. Celui qui possède déjà une certaine sûreté de main peut commencer par faire la découpe. Dans ce-cas, il est nécessaire de prendre certaines précautions, afin
d'empêcher la feuille de cintrer trop vite dans les parties évidées, ce qui donnerait alors naissance à ce que l'on appelle des jarrets ou cassures, qu'il faut avoir soin d'éviter. Les refaits sont relevés en relief d'une façon assez accusée et leurs bords sont sensiblement retroussés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire