GRILLE D'ASCENSEUR EN FER FORGÉ

Si les progrès dé la science nous ont enlevé de par la fabrication mécanique une grande partie de nos travaux, elle peut aussi, dans les inventions qui contribuent à restreindre nos fatigues de plus en plus grandes et plus nombreuses, amener des sujets de décoration où le fer forgé aura de multiples occasions d'être mis à contribution. Je veux parler des ascenseurs et des grilles qui devront, à chaque étage de nos grandes casernes, en défendre l'entrée pour éviter les accidents. Au rez-de-chaussée de chaque maison, nous verrons bientôt apparaître, à côté de la rampe de l'escalier, ce que l'on appelle la grille de l'ascenseur qui, suivant la place qui lui sera réservée par l'architecte, pourra contribuer à embellir le vestibule; il est certain que dans beaucoup de maisons anciennes, dont la cage d'escalier n'a pas été aménagée pour recevoir un ascenseur, il ne sera guère possible d'en construire un sans obtenir un effet disgracieux. Le grand défaut qui se présente au point de vue de l'esthétique, dans ce nouveau moyen de locomotion, est celui que l'on peut également relever dans toutes les conceptions mécaniques et purement utilitaires, c'est celui de ne pas faire corps avec la construction elle-même et d'avoir été jeté par hasard dans un milieu architectural qu'il dépare. Il serait à souhaiter que le centre de la maison, réservé aux locataires pour gravir les étages, comprît une distribution plus raisonnée, en même temps que plus ornementale.
Grille d'ascenseur en fer forgé

En particulier, la grille d'ascenseur ne doit pas être une simple clôture composée de barreaux de fer, plantée au milieu du vestibule. Par la gracilité de ses formes et l'harmonieuse disposition de ses motifs d'ornementation, cette grille doit paraître gaie et ne peut ressembler à la porte d'une cellule qui se referme sur le visiteur, comme une porte de prison sur un malfaiteur. La grille d'ascenseur qui fera le sujet de cette étude, nous paraît être un des plus gracieux modèles qui aient déjà été faits.
L'auteur, M. Miroux, a été fort bien inspiré. L'aspect général de sa grille, tout en paraissant très simple, est d'une belle élégance; la grande légèreté de l'ornementation et la sobriété des motifs donnent un charme tout particulier à son oeuvre. Le plus grand compliment qu'on puisse faire à ce jeune artiste, c'est de lui dire que son dessin est bien personnel et ne relève d'aucun style ancien. Je pourrais peut-être
affirmer qu'il a subi des influences comme celles de l'architecte belge, M. Horta, ou plus directement encore celles de M. Guimard. Mais il a su dégager des principes nouveaux, que ces deux artistes cherchent à vulgariser, une manière qui lui est bien propre et qui me paraît plus charmeuse et surtout plus française. Il ne s'est pas contenté, en effet, de restreindre son ornementation à l'enchevêtrement de lignes courbes, divisant le plan du décor en surfaces aux contours étranges. Ses lignes sont pour ainsi dire assagies, tout en produisant un effet très nouveau et original. Ces lignes, qui ne relèvent d'aucune architecture, ne paraissent pas trop nerveuses, et ont une apparence assez calme. La courbe qui prend naissance dans le bas de la porte, pour se terminer par une courbe régulièrement arrondie dans sa partie supérieure, est une jolie trouvaille.
Les deux montants extrêmes se terminent chacun par une gerbe de fleurs, disposées par l'artiste, de sorte qu'elles puissent supporter des lampes électriques. L'ensemble du projet, au point de vue artistique, est donc d'une bonne venue; il a, en outre, le mérite d'avoir été conçu de telle sorte que l'exécution en fer forgé en soit très facile, remarque qu'il est très juste défaire, car bien souvent un artiste, et surtout
les jeunes élèves des écoles, laissant aller leur imagination,: crayonnent des projets qui sont de jolis petits tableaux, mais qui ne sont pas conçus en vue de l'exécution et qui doivent être retouchés pour être réalisables.
Pour conserver a la grille toute sa légèreté, les fleurs et les feuilles doivent être en fer forgé, étirées dans la masse et non rapportées au moyen de rivures. La reproduction donne le dessin de détail de ces feuilles, fleurs et graines. Toutes les parties préparées et mises en place, il ne restera plus que le montage, qui représente peu de travail et est fort peu compliqué. Pour permettre de construire facilement cette grille, nous avons également désigné dans une légende les dimensions de tous les fers. Il sera donc très aisé, avec tous ces éléments, de faire une grille d'aspect nouveau, d'architecture très simple, et qui remplira parfaitement le rôle auquel elle est destinée.
Grille d'ascenseur en fer forgé.
Composition de M. MIROU élève de l'École nationale des Arts décoratifs.
Élévation et détails d'exécution.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire