ÉTUDE DE GRILLE EN FER FORGÉ

La structure des deux grilles en fer forgé que nous donnons en planches hors texte est essentiellement
composée de barreaux de grille assemblés comme on le faisait au XVe siècle. C'est à ce genre d'assemblage que nous consacrons aujourd'hui notre étude du fer forgé.

Ce genre de grille en fer forgé, très en faveur au Moyen-Age, était d'une grande solidité et constituait un excellent moyen de défense. La construction d'une grille ouvrante est soumise à une règle qui s'impose d'elle-même. Le cadre doit être d'une solidité à toute épreuve; on obtient ce résultat en assemblant les montants principaux et les traverses par des tenons ronds, goupillés et rivés.
Pour les deux grilles en fer forgé qui sont l'objet de cette étude, la principale difficulté d'exécution
consiste dans l'assemblage des barreaux au moyen de trous renflés; nous donnons un dessin qui permet de se rendre exactement compte de tous les détails de construction, lesquels doivent être observés avec la plus grande précision afin d'obtenir le passage très régulier des barreaux. Nous trouvons dans cette grille des trous carrés sur angle et des trous carrés de face, dont le simple effet d'opposition offre un intérêt assez remarquable. Tout ce travail a été exécuté à la forge, comme on le faisait au XVe siècle.
De nos jours, l'usage des trous renflés est plus restreint et il est peu de serruriers qui, maintenant, se donnent la peine de faire un tel travail à la forge. Les trous renflés sont, en général, obtenus au poinçon à la raboteuse; il ne reste plus qu'à souder les barres de fer à la longueur voulue. L'emploi en est encore assez courant dans les grilles en fer forgé, mais les trous sont plus souvent sur plat que sur angle.
Pour obtenir des trous renflés sur angle et à la forge, le fer, à l'endroit où l'on doit faire les ouvertures, est refoulé suffisamment pour qu'on retrouve la matière nécessaire à ramener les angles puis, avec un outil en forme de langue de carpe, on débouche un trou allongé et on chasse la matière de chaque côté du trou sans l'affaiblir; on refoule ensuite le trou en rond de façon à laisser le passage au mandrin pour ramener les angles du fer. On obtient encore plus de netteté en faisant passer les faces du trou renflé dans une étampe.
Les trous sur face sont obtenus de la même manière, mais avec moins de difficulté.
Pour les grilles en fer forgé, comme celles de l'église de Cléry, dont les traverses présentent alternativement des trous à face et des trous sur angle, une grande partie du travail se fait
à la tranche à chaud.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire