PORTE-MANTEAU EN FER FORGÉ

Un porte-manteau doit être conçu en évitant les angles saillants et les parties trop aiguës afin de permettre d'y accrocher les vêtements et de les enlever sans les déchirer. La tête est formée par une boule sur laquelle viennent prendre naissance quatre feuilles, symétriquement placées par rapport à la tige centrale oui les soutient; elles forment une courbe convexe de façon à donner un contour arrondi. La partie inférieure se compose d'une double crosse assez large, où les arêtes vives sont également évitées. Tout doit être exécuté à la forge, sans ajustage. La lime doit servir uniquement à donner le fini à cette pièce.





Fig.1. Plan d'ensemble. — Hauteur totale : 0m30. Largeur du collier à la double crosse : 0m14; exécuté en fer carré de 0m010.
Fig. 2. — Préparation des quatre feuilles qui viennent se souder autour de la boule et qui forment la tête. Ces feuilles sont étirées dans le fer carré de 0m01. Ces feuilles aplaties se terminent par une tige cylindrique qui s'enroule en volute; elles subissent ensuite un travail de modelé pour leur faire prendre la forme indiquée par
le dessin. On les réunit deux par deux au moyen d'une soudure (fig. 2) puis on les assemble à la boule aussi près que possible du collet et en faisant descendre la soudure jusqu'à celui-ci. Les feuilles sont rabattues pour leur donner la forme que représente le dessin (fig. 2).
La figure 3 nous donne deux pièces servant à faire les volutes de la double crosse; elles doivent être forgées et découpées suivant la forme indiquée. On les soude aux extrémités d'une pièce composée de deux fers carrés (fig. 4), réunis par leurs parties supérieures et dont les deux autres extrémités laissées indépendantes sont écartées et prennent, après la soudure des pièces accessoires dont, nous avons parlé, la forme
représentée par la figure 5.
Les deux branches du collier doivent être amincies en sifflet et rabattues l'une sur l'autre, de façon à former avec la troisième pièce un tout bien solide. L'assemblage est renforcé par une ligature en fil de fer, qui servira en même temps à éviter un déplacement quelconque des différentes parties après la chaude.
Fig. 7. — Assemblage de la tige centrale et de la double crosse par un collier. Tels sont les principaux détails de construction de cette applique, dont l'exécution ne présente, en somme, aucune difficulté sérieuse. Lorsqu'on a fait toutes les soudures et réuni toutes les pièces suivant la méthode indiquée, il suffit de donner à la tige centrale un profil suivant la courbe représentée par la figure 1, qui donne l'aspect général de l'applique telle qu'elle doit être construite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire